SUIVEZ-NOUS SUR
Facebook Twitter
Commune de Sarcenas
À 20MN DE GRENOBLE

Soirée Jazzocol le 30 Septembre


Qui dit rentrée, dit reprise des soirées Jazz.
Rendez-vous aux 3 Sommets pour une ambiance assurée...
Sur réservation 04 76 87 15 33

 

En savoir +

Séminaires au vert !


Vous recherchez un lieu atypique, convivial, en pleine nature, et pas très loin de Grenoble pour vos séminaires d’entreprise ? Nous avons ce qu’il vous faut afin d’accueillir vos équipes pour quelques jours entre parenthèse : hébergements, salles de réunion, restauration adaptée à vos envies et activités pleine nature.

En savoir +

Restaurant les 3 Sommets


Le restaurant les 3 Sommets au Col de Porte vous accueille à nouveau tous les week-ends le midi et sur réservation en semaine et le soir pour des groupes

04 76 87 15 33 

En savoir +

Sabot de Vénus

Le sabot de Vénus est une plante de la famille des Orchidaceae. Mais d’où vient ce joli nom ?
L’origine de cette fleur s’explique par une légende de la mythologie romaine. Un jour, surprise par un berger, Vénus, déesse de l’amour, s’enfuit en tout hâte pour lui échapper. Dans sa fuite, elle abandonna un de ses sabots d’or. Le berger, voulut le ramasser, mais il disparut comme par magie. Une drôle de fleur poussa à sa place, une orchidée, qui fut alors baptisée le sabot de Vénus.
Devenue très rare en France - elle est inscrite dans le livre rouge des espèces florales menacées - cette orchidée qui fleurit de mai à juillet peut être localement très abondante en Chartreuse. Mais attention, il est formellement interdit de la cueillir !

Outre son aspect esthétique, le sabot de Vénus est un piège à abeille. Pour les attirer dans son sabot jaune, la fleur secrète un nectar spécial afin d’attirer les abeilles. Mais l’insecte ne sera pas mangé, il pourra ressortir et sans le savoir, répandre les semences de la plante. En fournissant ce nectar aux abeilles, le sabot de Vénus assure ainsi sa reproduction.

Le saviez-vous ? Le sabot de Vénus est également parfois surnommé « racine nerveuse ». En effet, les médecins amérindiens avaient pour habitude de se servir des racines de la plante pour combattre la nervosité, la fièvre et les troubles digestifs.